Bourdelle, la terre et le feu.

En ces premiers jours croissants fêtons le Soleil-Enfant par un hommage au sculpteur de l’énergie et des forces archétypales : Antoine Bourdelle.

Ami et collaborateur de Rodin, il poursuit la quête tellurique du maître au-delà du mouvement-passion et de la vie-sensualité vers les puissances primordiales, les archétypes, les formes primitives dont la chair est parfois l’habit. Ses dieux, ses allégories trouvent leurs échos dans les cavernes de nos entrailles, leurs reflets dans le lac noir de notre mémoire ancestrale. Il n’est alors pas question de joliesse des courbes et de velouté du grain : sous l’olympien affleure le titan.
L’énergie ruisselle de ces muscles tendus, de ces corps puissants qui ne sont que terre et feu et, quand parfois souffle le vent, c’est celui des tempêtes et des épopées, jamais la brise anacréontique.

26047171_560625464277658_2188814770097277104_n

Bourdelle ne ferait-il donc droit qu’au virilisme agressif ou hiératique, que ce soit chez des figures masculines ou féminines ? Au contraire : la volupté du matin fait face à la mélancolie du soir sans mignardise affectée mais avec une force sensuelle. Pénélope est plus que jamais la femme-pilier, presque menhir, puissamment chthonienne malgré la tristesse songeuse de sa pose. La jeunesse aux fruits d’or et à la sinuosité serpentine allie elle aussi, dans sa féminité, flamme (la jeunesse, la vie, le fruit) et glèbe (les courbes reptiles).

Face à la puissance surhumaine, aux forces brutes et pures matérialisées dans la glaise et le bronze, Bourdelle représente ses frères humains, ses précurseurs, ses amis, avec une tendre douceur. Les nuances des émotions, la finesse des traits souvent saturniens, comme conscients _ tragiques roseaux _ de leur finitude, s’opposent à l’absolu des idées allégoriques et témoignent de la complète maîtrise de l’artiste.

25659943_560624337611104_3110560752674384888_n

Pour les parisiens, nul meilleur lieu pour découvrir son œuvre qu’à Montparnasse, en son atelier musée aux mille recoins dont les cours et jardins permettent soit d’étudier, carnet de croquis à la main, les jeux de la lumière sur les bronzes, soit de se laisser enthousiasmer au sens étymologique assis sur quelque banc sous le soleil.
La collection picturale mérite également attention, qu’il s’agisse des œuvres de Bourdelle même ou de celles qu’il collectionnait. Le style sombre, symboliste et tourmenté y domine pour le plus grand plaisir des âmes intranquilles.

25660163_560624370944434_411532724203868213_n

25660358_560624467611091_6214073623292690564_n

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s